197

Introduction

Je consulte plusieurs fois le Guide du thème EXPO MILANO 2015, fais des recherches sur les 5 mots clés : ALIMENTATION – ENERGIE – PLANETE – VIE et PERSONNE. Dans ce document je note que la femme à une part importante dans « Nourrir la Planète – Energie pour la vie »
Très vite, je fais un lien entre la terre, le sein de la femme. La terre, elle a ses ruisseaux, rivières et fleuves, le sein de la femme ses veines, c’est la même chose ! Pour nourrir la terre et la femme seule l’abeille nourricière et la lumière sont indispensables à leur survie.

Pour la création de mon projet, j’avais donc maintenant les 4 vecteurs essentiels : Terre – Femme – Abeille – Lumière.
Le titre de l’œuvre : 197 – 193 Etats Membres, avec le Vatican (composé du Saint-Siège) et l’Etat de la Palestine.

Projet

Pourquoi l’abeille ? L’abeille est un exemple pour nous. Elle existait avant nous. Architecte, Artiste, Mathématicienne, Travailleuse exemplaire, généreuse, elle nous donne tout, sans se plaindre. Elle donne son devoir de vie pour l’équilibre de la nature.
Je me souviens de ce jour en plein océan, de mon voilier je profitais de la sérénité du moment, la mer était un peu agitée, chapeautée d’un ciel magnifique, quand mes oreilles se sont bouchées, et là le soleil me parle « regarde » il me projette l’image de la terre sur le miroir de l’eau. Emerveillée et pleine de reconnaissance, je réalise l’importance de son message et peins une petite aquarelle afin d’immortaliser cet instant.

L'abeille -  Jeanne-Marie Musset

Une fois dans mon atelier, j’exécute la création avec des corps de Bic cristal et la mosaïque à l’aide de cire d’abeille naturelle dans laquelle j’incorpore des pigments, de l’huile (partie circulaire) et de la cire d’abeille blanchie avec pigments pour le paysage.

197 - Jeanne-Marie Musset
Dimensions de cette sculpture : 2,00 m x 1,35 m.
Techniques mixtes avec pied et cadre en acier peint plus robotique.

Conclusion

Comment la femme peut-elle nourrir et la terre survivre face à la pollution et l’irrespect. Selon www.notre-planete.info, les abeilles dans le monde témoignent du bon état de notre environnement, disparaissent massivement. Comment au Sichuan, des centaines d’ouvriers agricoles sont obligés de féconder eux-mêmes les fleurs des poiriers. Voir l’extrait du film « Le silence des abeilles » de Doug Shultz (2007) diffusé sur « National Géographic (2008) ».
Lors des traitements de nos vignes au printemps, l’air que je respire les jours de vents sent le produit, moi je cours me protéger dans ma maison, mais tous les insectes qui sont dans l’air sont empoisonnés, les abeilles, nos fleurs aussi. On ne pense qu’à nous, à notre bien-être et à notre argent.

Pendant toute la période de mes recherches artistiques, j’ai consulté beaucoup de documents et lu le livre de Monsieur Jean Ziegler « DESTRUCTION MASSIVE ». Dans son ouvrage, il parle d’une terrible maladie qui touche les enfants âgés de 6 ans « Le NOMA ». Cette maladie est causée par un manque d’hygiène et de malnutrition. Ces enfants très jeunes ont leurs visages déformés pour la vie.
Le NOMA a existé en Europe, pendant le Moyen Age et plus près de nous dans certains camps de concentration. Je me dis que rien n’est acquis dans la vie et que nous pourrions, nous, la population mondiale connaître de nouveau un jour ce drame si nous continuons de vivre en égoïste. Nous sommes gâtés, nous naissons riches par nos qualités et notre bien matériel.

J’aimerais que cette œuvre soit une aide pour toute la planète et surtout pour les enfants qui sont ses héritiers. J’aimerai leur dire ceci :
La terre, c’est la ferme. Cette ferme protège, nourrit la Famille 197. 197 comprend tout ce qui est de chair, le monde végétal et minéral. La ferme est notre héritage, moi, je suis une des ainées de cette famille, à travers mon projet, mon devoir d’être humain et de dire : protégeons cette ferme alvéolaire construite par l’abeille, afin que les éléments chair – minéral – végétal puissent toujours exister. Apprenons à observer le mode de vie de cette nature, moi je suis très étonnée et contemplative, c’est pour moi une grande source de bonheur. La nature est équilibrée, elle tue pour se défendre et se nourrir, mais côtoie tout le monde, rien d’autre, suivons son exemple.